Les technologies novatrices de la phytologie contribuent à réduire l’impact de l’agriculture sur l’environnement et à atténuer les effets des changements climatiques.

La phytologie aide les agriculteurs à accroître la durabilité de l’environnement.

 

Les pesticides et la sélection végétale moderne aident les agriculteurs à préserver les précieuses terres du Canada : sans ces technologies, il nous faudrait cultiver une surface près de 50 % plus grande afin de produire autant d’aliments qu’aujourd’hui.

Les technologies de la phytologie contribuent à réduire les pressions exercées sur les réserves aquifères, grâce à la mise au point de cultures innovantes qui utilisent l’eau plus efficacement.

La phytologie permet aux agriculteurs de faire moins de passages au champ avec la machinerie, ce qui réduit l’érosion, protège la qualité des sols et diminue les émissions de gaz à effet de serre.

La phytologie assure la protection de nos milieux naturels en améliorant les rendements, ce qui évite de convertir en terres agricoles des habitats fauniques, des forêts, des terres humides et des prairies.

La menace de cinq mètres qui pèse sur l’écosystème canadien

Considéré comme la pire espèce végétale envahissante du Canada, le phragmite est une plante agressive et destructrice de cinq mètres de haut, qui envahit les terres humides, les plages et les habitats fauniques du pays depuis des dizaines d’années. Libérant une toxine qui tue la plupart des plantes avoisinantes, ce roseau européen dispute à celles qui survivent l’espace, l’eau, les éléments nutritifs et la lumière du soleil. Bien qu’un bon nombre de méthodes de lutte contre cette mauvaise herbe envahissante aient été essayées, les herbicides se sont avérés la stratégie de lutte la plus efficace et entraînant le plus faible impact environnemental.

L’agricultrice saskatchewanaise Cherilyn Nagel explique comment les technologies de la phytologie ont rendu sa ferme plus durable sur le plan environnemental (vidéo disponible seulement en Anglais).