L’industrie de la phytologie s’emploie à créer des variétés de cultures et des outils de protection des cultures nouveaux et améliorés, pour le bien de tous les Canadiens.

Innovations en production alimentaire

Les innovations en matière d’alimentation ne datent pas d’aujourd’hui. En fait, les humains travaillent à l’amélioration des aliments depuis des milliers d’années. Par exemple, les bananes que nous consommons de nos jours sont très différentes de celles qui poussaient à l’origine dans la nature. Seulement 10 % environ de la banane originelle pouvait se manger, en raison de sa pelure épaisse et de sa chair remplie de graines. Mais grâce à la sélection faite sur des milliers d’années, les hommes ont pu créer la délicieuse banane que nous connaissons à présent.

Les innovations en agriculture moderne nous ont donné des variétés de semences améliorées et des outils antiparasitaires plus ciblés et plus efficaces, qui aident les agriculteurs à produire durablement des aliments sûrs, sains et abordables. Alors, quelles innovations alimentaires se profilent à l’horizon? Les scientifiques travaillent actuellement à…

Renforcer les propriétés antimaladies et favorables pour la santé humaine des aliments, en :

  • Sélectionnant des tomates riches en lycopène (puissant antioxydant) ou ayant une teneur plus élevée en acide folique.
  • Mettant au point du maïs et du soya ayant une teneur accrue en vitamines C et E.

Accroître l’offre d’aliments plus sains et plus sûrs, en :

  • Réduisant ou supprimant les protéines allergènes contenues dans les arachides et le soya.
  • Mettant au point des cultures enrichies en vitamines à l’intention des pays où la malnutrition est répandue.
  • Diminuant la teneur des huiles en acides gras trans ou augmentant celle en acides gras sains.

Rehausser le goût des aliments et réduire le gaspillage alimentaire, en :

  • Améliorant la durée de conservation, la texture et la saveur des fraises.
  • Sélectionnant des pommes, des tomates, des bananes, des melons et des pommes de terre qui ne brunissent pas.
  • Produisant des poivrons et des pois plus sucrés.

Mettre au point des technologies culturales plus précises, par exemple :

  • Imagerie GPS, satellitaire et luminescente visant à détecter les zones touchées par les ravageurs, afin de pulvériser des pesticides seulement là où le besoin est le plus grand.
  • Plantes utilisant efficacement l’azote et requérant moins d’applications d’engrais.

Mettre au point des cultures plus résistantes et plus performantes, par exemple :

  • Semences poussant dans des conditions de sècheresse ou dans des sols gorgés d’eau.
  • Cultures poussant dans des sols salins qui, normalement, ne pourraient pas servir à l’agriculture.
  • Plantes pouvant résister aux maladies virales et transmises par les insectes.
  • Cultures séchant plus rapidement, afin qu’on puisse les entreposer aisément et en utilisant moins d’énergie calorifique.
  • Semences pouvant réagir et se défendre en cas de menaces particulières

Mettre un terme au gaspillage des pommes

Grâce à une innovation phytologique, fini les jours des pommes moches, à l’aspect défraîchi et sujettes au brunissement. Comme beaucoup de gens refusent d’acheter ou de manger les fruits meurtris ou brunis, près de 40 % des pommes finissent à la poubelle. En guise de solution, les scientifiques ont mis au point une pomme qui résiste au brunissement et aux meurtrissures, mais conserve le bon goût et la texture que nous aimons.