Les agriculteurs canadiens utilisent certaines des technologies les plus progressistes et les plus innovatrices au monde – notamment la sélection végétale moderne et les pesticides – afin de faire pousser leurs cultures de façon plus efficace et plus durable que jamais auparavant.

 

Les pesticides et la sélection végétale moderne aident à assurer
que les Canadiens ont accès à des aliments sûrs et abordables.

Les technologies de la phytologie améliorent la qualité des plantes et font croître les rendements des cultures en protégeant les plantes des insectes, mauvaises herbes et maladies.

Grâce à la phytologie, les agriculteurs peuvent produire en plus grande quantité les aliments que nous aimons : 42 % plus de céréales, comme le blé et le maïs, 72 % plus de fruits et 83 % plus de légumes et de pommes de terre.

La phytologie nous assure d’avoir un approvisionnement varié en aliments sains et de haute qualité dans nos magasins. Sans elle, les Canadiens paieraient jusqu’à 55 % de plus pour leurs aliments – une moyenne de 4400 $ de plus par famille chaque année.

En utilisant les technologies de la phytologie, les scientifiques sont capables d’aider à réduire le gaspillage alimentaire et de mettre au point de nouvelles variétés de cultures dotées d’un contenu nutritif amélioré.

J.-P. Gervais, économiste agricole en chef à Financement agricole Canada, explique les avantages des technologies de la phytologie pour les consommateurs (vidéo disponible seulement en Anglais).

Une bataille vieille de 170 ans pour la pomme de terre

Les maladies de la brûlure hâtive et du mildiou ont attaqué les cultures de pommes de terre depuis le milieu du 19e siècle – la Grande Famine d’Irlande, qui a tué près d’un million de personnes, en étant une des plus tristes illustrations. À l’heure actuelle, les agriculteurs perdraient plus de 60 % de leurs cultures de pommes de terre s’ils ne pouvaient avoir recours à ces « sauveurs » que sont les pesticides. Le Canada jouit maintenant d’une industrie de la pomme de terre représentant un chiffre d’affaires d’un milliard de dollars par an, parce que les pesticides aident à protéger cette culture contre le mildiou. Au cours des années à venir, ces produits travailleront de concert avec les pommes de terre résistantes au mildiou – qui seront mises au point grâce à la biotechnologie –, pour donner des champs foisonnants de cultures plus robustes et en meilleure santé.