Il est bien connu que la santé des abeilles domestiques est complexe et que celles-ci doivent, tout au long de l’année, faire face à des pressions résultant d’un certain nombre de facteurs, notamment : les ravageurs et les parasites (tel l’acarien Varroa), le mauvais temps, les maladies causées par les bactéries et les virus, le manque de sources d’aliments nutritifs et l’exposition potentielle aux pesticides.

Heureusement, selon les données de Statistique Canada pour 2016, le nombre de colonies d’abeilles continue d’augmenter et a même atteint un niveau record. À la fin de l’an dernier, il y avait plus de 750 000 colonies au pays et près de 10 000 apiculteurs.

Les abeilles et les pesticides sont des composantes intégrales et complémentaires de l’agriculture durable, et c’est pourquoi l’augmentation du nombre de colonies est un point positif. Notre industrie est fière de jouer un rôle clé pour garantir que l’apiculture et l’agriculture continuent de coexister et de prospérer.

En 2016, CropLife Canada s’est associée avec le Conseil canadien du miel afin de mettre en place au pays l’application BeeConnected.

Cette appli met en contact – gratuitement et anonymement – les agriculteurs, les apiculteurs et les entrepreneurs en pulvérisation de pesticides qui y sont inscrits, dans le but d’un échange d’informations sur les emplacements de ruches et sur les applications de pesticides à proximité de celles-ci. Tout cela, au moyen d’un navigateur Web ou d’un appareil iPhone ou Android.

Nous avons appris l’existence de cet outil par notre organisation sœur CropLife Australie, et nous sommes heureux de l’offrir sans frais aux agriculteurs, aux apiculteurs et aux entrepreneurs en pulvérisation de pesticides.

BeeConnected n’est qu’un exemple démontrant qu’il existe au Canada un haut niveau d’intérêt à soutenir les abeilles et à aider à les protéger contre les expositions accidentelles aux pesticides agricoles.

La récente mise à jour sur les déclarations d’incidents impliquant des abeilles, publiée par l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire de Santé Canada, montre que ces efforts ont des effets positifs.

En voici quelques faits saillants :

  • Le nombre d’apiculteurs ayant déclaré des incidents potentiellement liés à une pulvérisation de pesticides au Canada a diminué de moitié : il est passé de 14 en 2012 à 7 en 2016.
  • Le nombre de ruchers pour lesquels des incidents potentiellement liés à l’ensemencement de maïs et de soya ont été déclarés a diminué de 75 % par rapport à 2013.
  • Le nombre d’apiculteurs ayant déclaré des incidents potentiellement liés à l’ensemencement de maïs et de soya a diminué (de même que la gravité de ces incidents) : il est passé de 89 en 2013 à 37 en 2016.

Le but d’un outil comme BeeConnected est de fournir une aide supplémentaire, en améliorant la communication entre agriculteurs et apiculteurs au sujet des activités agricoles ou des emplacements de ruchers dans les environs.

Pour en savoir plus sur le fonctionnement de cette appli, rendez-vous sur beeconnected.ca.

Pierre Petelle

Président par intérim, CropLife Canada